jeudi 17 novembre 2016

Dernier Train pour Busan

Le cinéma de genre se porte bien, merci pour lui ! En son sein, le film de zombie, qui n'a cessé d'être reproduit d'une décennie à l'autre, rayonne un peu plus depuis l’avènement... d'une série : le carton The Walking Dead bien entendu. Le cinéma coréen, qui a son mot à dire en matière d'horreur (souvenons-nous de The Host en 2006), tape là un énorme coup avec ce DERNIER TRAIN POUR BUSAN (que l'on pourrait par exemple renommer "The Running Dead"). Reproduisant la difficulté du huis-clos ferroviaire façon Snowpiercer, le Transperceneige, le jeune réalisateur Yeon Sang-ho, jusqu'alors restreint aux films d'animation, réalise la prouesse d'enchaîner les scènes d'actions avec une frénésie rythmée par des mutants qui semblent avoir notamment quelques soucis de rétine. Et les codes fonctionnent parfaitement : un père égoïste se mue (enfin) en héros pour sauver sa fille, un homme d'affaires nauséabond influe sur le groupe, course-poursuite contre le temps et la mort, les échappatoires de fortunes sont un répit toujours bref, etc. Il y a fort à parier que l'on reparlera très vite de ce Yeon Sang-ho.
  • Sortie Cinéma : 17 août 2016
  • Sortie DVD : 17 décembre 2016
Le danger n'est plus loin de Gong Yoo et Ma Dong‑Seok

mercredi 16 novembre 2016

Mademoiselle

Si d'aucuns se délecteront de similitudes dé-fantasmées entre les deux films, la vie de MADEMOISELLE n'est ni la suite ni le remake de La vie d'Adèle. Chez Park Chan-Wook, il est sans cesse question de perversion morale, de moeurs farfelus et par dessus tout d'un machiavélisme absolu. La question de l'emprisonnement reste également une obsession pour le réalisateur de Old Boy qui insiste brillamment sur la complexité des (relations entre les) personnages au sein d'un puzzle constitué de trois phases. Toujours plus esthète et minutieux dans une mise en scène magnifiée par la beauté de la photographie, le Coréen ne faiblit pas et accentue ce qu'il avait réussi avec son dernier Stoker. C'est tant mieux pour nous comme pour un cinéma du pays du soleil levant peu à la fête ces derniers temps.

Mademoiselle est en étrange posture

dimanche 13 novembre 2016

Les Premiers, les Derniers

Bouli Lanners incarne à lui seul un cinéma belge francophone sous sa forme la plus désabusée et tendre à la fois. LES PREMIERS LES DERNIERS est totalement à cette image : la grisaille du plat pays est un théâtre aux portes en permanence ouvertes aux petites histoires les plus minables mais aussi gentilles. Avec son acolyte tout trouvé Albert Dupontel face caméra, il trace, à l'allure d'un polar tranquille, des portraits atypiques et hétérogènes dans un environnement sinistré regorgeant d'inattendus. Décontractant.
  • Sortie cinéma : 27 janvier 2016
  • Sortie DVD : 29 juin 2016
David Murgia & Aurore Broutin : les premiers, les derniers ?

vendredi 11 novembre 2016

Elle

Plus que jamais cinéaste non cataloguable, Paul Verhoeven offre du sur mesure à Isabelle Huppert avec ce rôle de bourgeoise insondable ballottée entre son amour propre et la violence impromptue qu'elle subit. ELLE est choquée et nous le sommes tout autant. ELLE semble s'interroger sur ses sentiments et nous en faisons autant. ELLE est perdue mais surmonte ses obstacles et nous l'accompagnons. Étonnant.
  • sortie cinéma : 25 mai 2016
  • sortie DVD : 4 octobre 2016
ELLE est de profil Isabelle Huppert

mardi 8 novembre 2016

Blood father

Tous deux adeptes des polars dopés à la testostérone comme des colères révoltées sur grand écran, Jeff Richet et Mel Gibson étaient faits pour se rencontrer. Pour le meilleur ? Fort malheureusement non, comme on le craignait quand même pas mal à la lecture du pitch de BLOOD FATHER. Pour nous servir le coup de la fille menacée de mort, bon prétexte à énerver notre gros dur rangé des bagnoles, on pouvait se contenter d'un énième Bruce Willis sauce Bay ou MacTiernan. Il n'y a plus qu'à escompter que Gibson réalisateur retrouve de sa superbe avec son imminent TU NE TUERAS POINT.
  • sortie cinéma : 31 août 2016
Mel met la gomme

dimanche 6 novembre 2016

The Neon Demon


Ce sacré NWR est tellement sûr de son fait et bien assis sur sa renommée qu'il n'en finit plus de décliner la même recette à chaque nouveau film. Et vas-y que j'tembobine avec une mise en scène top stylisée sur un rythme tout penaud et puis bim!!! Ça part irrémédiablement en trash forcé avec cette inéluctable interrogation à émettre : c'est quand qu'il va nous raconter une histoire, vraiment ? Le plus drôle avec THE NEON DEMON, c'est que ce personnage de top model, comme un incessant cliché, semble incarner à lui tout seul le cinéma du Danois : étincelant comme un soleil en apparence, et vide comme une coquille d'oeuf à l'intérieur.
  • sortie cinéma : 20 mai 2016
  • sortie DVD : 26 octobre 2016