samedi 11 septembre 2010

Night and Day


Il est de ces réalisateurs qui se sont promis de toucher à tous les genres. Dans cette voie, si la félicité atteinte par un Stanley Kubrick est inégalable, la pugnacité de James Mangold est à louer. Après le policier (Copland avec Stallone et De Niro, son film le plus populaire), le drame (Une vie volée), le truc romantique (Kate & Léopold), le thriller fantastique (Identity), le biopic (Walk the line sur le chanteur Johnny Cash, de loin son meilleur film à ce jour) et le western (3h10 pour Yuma, peut-être le pire à ce jour), le voici qui se confronte à la comédie d’action.
Force est de constater qu’avec Night and day, Mangold s’acquitte honorablement et efficacement de sa tâche. Aucun des ingrédients qui font le succès de ce type de films sans interlignes ni lendemain n’est omis : le synopsis est périmé mais ça passe (un séduisant agent secret se voit embarrassé d’une jolie blonde au beau milieu d’une mission hyper dangereuse), les cascades plus mortelles les unes que les autres sont sans séquelles (trop fort), les agents du FBI sont des méchants, les contrées les plus pittoresques du globe sont prétextes à de trépidantes aventures (l’Autriche enneigée, Séville l’andalouse, une mystérieuse et minuscule île paradisiaque), les répliques et dialogues sont percutants et bien balancés (ça c’est pas toujours le cas), l’idylle entre nos deux tourtereaux est inévitable.
Et pour que le concept fonctionne, encore faut-il, outre la nécessité que le film sorte en été, qu’il réunisse un duo de vedettes imparable. Avec Tom Cruise et Cameron Diaz en têtes d’affiche, il n’était guère possible de faire plus accrocheur et glam'. Tom joue à la perfection les James Bond invincibles pendant que Cameron papillonne des yeux doux comme elle sait le faire si spontanément. C’est donc hyper tonique, drôle, sans temps morts, sans grandes surprises non plus, mais il aurait pu y en avoir de mauvaises. Le divertissement estival par excellence. Point.

Et si, comme moi, vous vous posiez la question du pourquoi de ce titre, l’explication est assez consternante. Son intitulé original n’est pas Night and day mais Knight and day. Le "k" ne transforme pas la "nuit" en "chevalier" (quoique) mais fait référence à un élément du film que vous découvrirez si vous êtes attentifs. Le tout comporte ainsi un jeu de mot facile mais acceptable. Sauf que les distributeurs français ont éjecté le "k" et simplement juxtaposé le "jour" et la "nuit", ce qui n’a plus de sens particulier par rapport au contenu du film.

Sortie France le 28 juillet 2010

Première publication de cet article le 05/08/2010 à l'URL http://davideo.blogs.allocine.fr/davideo-277752-night_and_day__knight_and_day.htm

1 commentaire:

  1. Je ne partage pas le même enthousiasme, j'ai trouvé ce film très feignant dans les sens où les scènes d'action sont torchées, on ne voit pas toujours comment le personnage s'en sort. Et je suis resté indifférent à l'humour et aux acteurs ( Tom Cruise assez superficiel)
    Enfin je comprends qu'on puisse apprécier ce divertissement estival, qui m'a personnellement bien soulé. De James Mangold j'avais bien aimé identity mais bof bof le 3h10 pour Yuma.

    Bonne continuation :)

    RépondreSupprimer

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :