samedi 19 février 2011

Légion - L'Armée des Anges



Comme ça, au premier abord, on dirait un blockbuster de seconde zone supporté par d’hypothétiques anges descendus sur Terre pour zigouiller les vilains humains pas assez sages. Déjà, bof bof. Plus justement, Legion - L’armée des anges nous inflige un énième huis-clos désertique (dans le genre on avait pu apprécier le méconnu Feast) entre une poignée d’irréductibles et un prédateur imprévu… et ici, paradoxalement, démoniaque. Outre de sempiternels personnages énigmatiques sans éclat, des palabres sans effets, des effets spéciaux un peu rigolos, la vraie mauvaise idée du réalisateur Scott Charles Stewart (jusqu’alors cantonné aux effets spéciaux auxquels il aurait dû limiter ses fonctions) aura été de mettre en scène l’affrontement physique et musclé entre deux archanges. Là, on peut évoquer le ridicule. Le tout saupoudré de désagréables relents prosélytiques peut-être pas si anodins que cela en période de crise (identitaire) universelle. Condoléances au passage à l'entourage de Dennis Quaid (Monsieur Jerry Lee Lewis dans Great balls of fire) qui s’échoue dans un nouveau nanar après notamment et récemment G.I. Joe et Pandorum.

Article publié le 22/07/2010 à l'URL http://davideo.blogs.allocine.fr/davideo-276162-legion___larmee_des_anges__legion.htm

3 commentaires:

  1. ok pour Dennis Quaid sauf Pandorum bien au dessus du lot selon moi... un mix entre plein de trucs d'accord : Event Horizon The Descent Eden Log et autres... mais pas déplaisant

    RépondreSupprimer
  2. Etonnant de ta part que tu te sois même intéressé un tant soit peu à ce film...sur lequel je rejoins ton avis, comme toujours incisif et tellement juste.

    RépondreSupprimer
  3. comme tu le sais, j'essaie de m'intéresser à tous les genres et d'un maximum d'horizons différents, mais c'est sûr que parfois (souvent?), on subit des bouses programmées que l'on ne regarde plus que pour la curiosité de savoir comment et jusqu'où "ils" vont pouvoir se foutre de notre gueule.
    Le dernier superbe exemple en date était RED avec Bruce et Sam. Immangeable.

    RépondreSupprimer

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :