mercredi 20 avril 2011

Ponyo sur la Falaise

A chacune de ses créations, Hayao Miyazaki a su trouver l’angle et le ton justes pour émerveiller grands et petits. Obnubilé par les airs, source ultime d’évasion et de liberté, il a, grâce à cet élément, délivré quelques-unes de ses plus magnifiques fables (Nausicaa, Kiki la petite sorcière, Le château dans le ciel, Porco Rosso, Le château ambulant). Avec Ponyo sur la falaise, il fait une exception remarquée en immergeant son éternelle âme d’enfant dans les fonds marins. Ces abîmes infinis représentaient une trop évidente fontaine de trésors pour qu’il n’y plonge pas sa fantastique imagination, fruit d’histoires extraordinaires. 
Inspiré du récit de La petite sirène, Ponyo sur la falaise est un authentique conte pour enfants où un petit poisson d’apparence humaine et un jeune garçon d’une ville portuaire s’éprennent d’une affection dévouée. Chacun déployant toute sa volonté, son courage voire ses pouvoirs pour écrire un destin partagé. Plus brusque que Mon voisin Totoro et moins effrayant que Le voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaise conserve la même féerie que ces chefs-d’œuvre. Simplifié dans sa narration et la personnalité de ses protagonistes (il n’y a ici pas de vrais méchants), cette nouvelle animation, comme d’habitude orchestrée mélodieusement par Joe Hisaishi, est magnifiée par la pureté de son graphisme, quasi impressionniste. Tenté par un discours pro écologique plus que jamais d’actualité - à l’instar du Wall-E de chez Pixar -, Miyazaki ne s’engage pas outre mesure dans cette voie. Et si les grands pourraient se sentir quelque peu délaissés sur la durée (par manque de ressort), l’essentiel est que la magie fonctionne pour le plus grand bonheur, évidemment, des petits.

Article publié le 29/04/2009 à l'URL http://davideo.blogs.allocine.fr/davideo-224193-ponyo_sur_la_falaise__gake_no_ue_no_ponyo.htm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :