mardi 18 décembre 2012

The Dark Knight Rises

Film réalisé par Christopher Nolan (USA/GB)

Tom Hardy, The Bold Knight - © Warner Bros. France

Interprètes :

Sortie France : 25 juillet 2012
Sortie Blu-Ray : 28 novembre 2012

Micro-critique :
Un Héros très discret. Sa tessiture de voix "darkvadorienne" résonne encore à travers les caissons de mon home-cinéma. Ce bonheur auditif caverneux émane du terrible personnage du caméléon Tom Hardy, un vengeur masqué bestial qui en cache un autre d'apparence plus fragile : le Batman. Après le discutable The Dark Knight - Le Chevalier Noir, Chris Nolan la joue cette fois plus simple et radical et, sans se retenir sur un spectacle permanent parfois impressionnant (le prologue, le stade, les affrontements urbains), ponctue sa trilogie magistralement comme aucun autre super-héros auparavant.
The Dark Knight Rises : Allociné - IMDB - Wiki

2 commentaires:

  1. Alors là ce n'est pas moi qui vais te contredire. Comme toi je considère que "The Dark Knight- le chevalier noir" même s'il se situe largement au-dessus de la moyenne des blockbuster a fait l'objet à sa sortie de critique un peu trop dithyrambique. Inutilement complexe, parfois trop verbeux Nolan perdait le spectateur dans des intrigues secondaires pas toujours réussies. Avec "Rises" Nolan à dégraissé le mammouth et nous offre 2h44 d'un spectacle épique, dense, à la réalisation remarquable et totalement immersive (j'ai failli claquer ma larme lors de l'échange de regard entre Michael Caine et Christian Bale). Malgré quelques imperfections (la mise en image de la mort de Marion Cotillard totalement raté) je n'ai qu'un mot à rajouter MERCI à toi Christopher Nolan.

    RépondreSupprimer
  2. Ton commentaire est plus long que mon papier, c'est fou.

    La mort de Bane est carrément balayée aussi, il meurt comme une merde dans son coin, d'un pauvre coup d'tatane, c'est indigne d'un enculé de cette ampleur.

    PS : j'ai encore plus kiffé le Hobbit vu avant hier. un p'tit billet à venir aussi.

    RépondreSupprimer

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :