mardi 12 février 2013

Inside Man

Denzel & Jodie © United International Pictures
L'art du braquage. Cet Homme de l’intérieur (comme il est vilainement énoncé en France) est sans doute le plus hollywoodien des films du New-Yorkais Spike Lee. Il reprend habilement le thème du braquage et son cortège de rengaines : siège de la banque, otages terrorisés, roublardise de la police et méticulosité des assaillants. Cependant, Spike se démarque du happy-end habituel en optant subtilement pour la réussite de l’entreprise de son bien éduqué malfaiteur (solide Clive Owen), à peine perturbé par les velléités du trop élégant représentant de l’ordre incarné par Denzel Washington. C’est bien sûr immoral pour les plus conservateurs, alors quand le voleur se fait un point d’honneur à vouloir balancer le terrible passé du notable banquier qu’il pille, le film redevient acceptable et donc sans vagues.
L’ensemble demeure homogène et agréable à voir mais ne restera évidemment pas dans la filmographie la plus subversive du réalisateur de Malcolm X, qui n’a peut-être pas eu ici la même liberté d’action qu’à l’accoutumée.

Article publié le 28/10/2006 sur http://davideo.blogs.allocine.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :