samedi 30 mars 2013

L'Odyssée de Pi

Film réalisé par Ang Lee (USA)

Piscine sur la mer : ça fait beaucoup d'eau

Interprètes :

Sortie France : 19 décembre 2012

Seul(s) (two) au MondeHistoire de Pi, le roman du Canadien Yann Martel faisait partie de ses œuvres précédées d'une réputation maudite quant à leur adaptabilité au cinéma. Des réalisateurs comme M.Night Shyamalan (Incassable), Alfonso Cuaron (Les fils de l'homme) et Jean-Pierre Jeunet (qui s'était fortement investi mais ne put le tourner pour raisons budgétaires) s'y étaient cassé les dents. Réaliser L'Odyssée de Pi semblait bien être un écueil : transposition de la spiritualité du héros, tournage de longues et nombreuses séquences sur l'eau, collaboration étroite et essentielle avec des animaux sauvages. Confié à un Monsieur comme Ang Lee, le projet pourrait réussir. L'iconoclaste et polyvalent réalisateur taïwanais (Raison et sentiments, Tigre et dragon, Hulk) en a fait un conte fabuleux.
"Piscine Molitor & Richard Parker", titre certes moins épique, aurait été tout aussi charmant pour illustrer cette extraordinaire histoire d'un jeune Indien échoué au milieu de l'océan avec pour seule compagnie un tigre. Il aurait également suggéré cette relation unique et primordiale entre l’homme et l'animal. Une relation empreinte de rivalité mais aussi de soutien prenant tout son sens dans le contexte extrême dans lequel se trouvent nos protagonistes. Les craintes, attentes ou espoirs placés par Pi en Richard (c'est le prénom du tigre, génial) pour sa (leur) survie sont bouleversants et mis à mal par l'imprévisibilité de la bête et des événements. Cette moitié du film passée à deux est ainsi très surprenante et parfaitement structurée. Magique.
Outre la beauté des plans marins (et sous-marins) comme de la parenthèse enchantée sur l'île, la réussite de ce récit, qui a justement récompensé son metteur en scène de l'Oscar hollywoodien il y a quelques semaines, réside dans son approche de la foi raisonnée de son jeune héros. Comme n’importe quel gamin, Pi s'éveille au monde, s'interroge, s'expose à certaines épreuves. Il forge sa propre spiritualité au contact de différentes croyances, différents dieux, différents points de vue, différentes expériences. Il n'est jamais question de fanatisme, et encore moins de prosélytisme, mais simplement de liberté et de droit à penser, inventer et ré-inventer. Tout cela dans une absolue limpidité. C'est superbe. Dites, c'est possible d'inscrire un film au patrimoine mondial de l'humanité ?

CLASSEMENT 2012
Au 29 mars, L'Odyssée de Pi se classe 2e sur 85 films (Tout 2012)

LIENS EXTERNES
L'Odyssée de Pi (The Life of Pi) sur Allociné - IMDB - Wikipédia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :