samedi 1 mars 2014

César 2014 : Guillaume le Conquérant a conquis

La vie d'Adèle, Guillaume, Sandrine et Pierre (photo : lenouvelobs.com)

Dans une soirée où la courbe de la ferveur et du charme aura fléchi aussi violemment que les intonations belges et les mises en scène de la maîtresse de cérémonie Cécile de France devenaient difficilement supportables, notre mémoire se focalisera sur l'abus de récompenses accordées à Guillaume Gallienne et son Les garçons et Guillame, à table ! (5 titres dont Film et Acteur). Des trophées malintentionnés, il y en eut bien d'autres : Roman Polanski,  Meilleur réalisateur pour La Vénus à la fourrure (désormais quatre statuettes personnelles mais bien plus de casseroles), Sandrine Kiberlain Meilleure actrice dans la comédie de Dupontel 9 mois ferme (on est bien d'accord qu'elle devance donc Léa Seydoux, Sara Forestier, Bérénice Bejo et Fanny Ardant !??). Alabama Monroe du Belge Felix Van Groeningen s'impose dans la prestigieuse catégorie du Meilleur film étranger au nez et à la barbe des monstrueux  Django unchained, La grande Bellezza, Blancanieves et autre Gravity. Soit, il faut voir. Une cérémonie des César sans un César de la lèche attribué à une star américaine n'étant pas une authentique cérémonie des César, L'Académie ne s'est embarrassé ni de cohérence, ni de dignité pour accorder celui de cette année à la désobligeante Scarlett Johansson. Pour l'ensemble de sa carrière donc, à 29 ans. Scarlett, c'est pas fini pour toi, tiens-toi prête pour une redite lors l'édition de 2036 et, si tu tiens le coup encore un peu, pour celle de 2065 également. Louons au passage le statut d'assistant socioculturel de l'indispensable Quentin Tarantino qui briefait la belle inculte sur les exigences et savoirs cinématographiques des frenchies.
On pourra in fine s'accorder simplement sur les deux Meilleurs espoirs féminin et masculin décernés respectivement à Adèle Exarchopoulos dans La Vie d'Adèle et Pierre Deladonchamps dans L'Inconnu du Lac.

LE PALMARÈS COMPLET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :