lundi 3 mars 2014

Oscar 2014 : 12 Gravity a Slave

Oscar suivi d'Oscar

Ce qui est trop cool avec les Oscar vu qu'on a tous un peu autre chose à foutre le dimanche que de commencer la soirée à une heure du mat' pour la terminer cinq heures plus tard au moment même où cette enflure de réveil est supposée nous amener gaillardement sur la route du début de semaine, c'est qu'il suffit de reprendre la liste des favoris potassée la veille pour connaitre le verdict qui se sera déroulé durant la nuit dans un suspense aussi intense que l'issue d'un épisode de Columbo. A la différence de la nuit des César qui te réserve toujours des surprises tirées d'un chapeau de magicien t'obligeant à assister - à subir - au Live pour ne pas croire à une blague quand ton collègue t’annoncera le lendemain que Sandrine Kiberlain est devenue la meilleure actrice du pays, la grand messe hollywoodienne est jouée d'avance, de longue date. En cela, remercions les Américains qui même en dehors des studios ne délaissent jamais leur sens du happy end. 
Un happy end qui n'aura pas suffit à Gravity pour empêcher 12 Years a Slave de dominer le plateau (l'esclavage, les remords, et l'émotion d'une grande histoire, c'est imparable les gars). Alfonso Cuaron a bien reçu son trophée de Meilleur réalisateur pour son film catastrophe dans l'espace globalement gagnant de cette 86e édition avec sept statuettes. Côté comédiens, Cate Blanchett (Blue Jasmine) et Matthew McConaughey (Dallas Buyers Club) sont bien évidemment devenus les meilleurs interprètes de l'année, et Jared Leto, l'acolyte de ce dernier dans le film pamphlet des années Sida est également logiquement récompensé dans la catégorie du Second Rôle. Mais tout cela, on le savait déjà avant de l'écrire. A l’année prochaine.

LE PALMARÈS COMPLET

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :