dimanche 1 mars 2015

Only Boyhood left Alive

En quelques lignes, découvrez le point de vue de DavidéoCiné sur les films vus au cours du mois de février. Retrouvez ces titres classés sur les pages de leur année de sortie : année 2014, année 2015.

Only Lovers left Alive de Jim Jarmusch

ONLY LOVERS LEFT ALIVE***** de Jim Jarmusch | De la condition contemporaine et instable du vampire : entre quête quotidienne de survie et intégration culturelle dans nos sociétés. D'un style ultra raffiné et musical teinté de velours, noirceur et... pâleur. La griffe ultime et admirable de Jim Jarmusch qui envoûtera ses fidèles autant qu'il découragera les "jarmusceptiques". (Classement 2014 : 2e/54)

BOYHOOD***** de Richard Linklater | Rien que pour la prouesse d'avoir mis en scène ses comédiens sur une période d'une douzaine d'années pour parfaire les effets du temps qui s'écoule sur les personnages de son film, Linklater pouvait prétendre à l'Oscar finalement dévolu à Inarritu ce dimanche. Qu'importe. La justesse simple ainsi que l'évidente sensibilité des étapes ciblées dans l'évolution de cette "jeunesse" vers l'âge adulte en font un formidable Oscar du cœur. (Classement 2014 : 4e/54)

HIPPOCRATE***** de Thomas Lilti | Immersion objective au cœur du milieu hospitalier où les questions humaines, relationnelles, médicales mais aussi matérielles se posent au quotidien. Bien servi par un scénario non dépourvu de quelques touches d'humour et des interprètes d'une justesse chirurgicale, le docteur-réalisateur Lilti réussit aisément son opération. (Classement 2014 : 7e/54)

NIGHT CALL***** de Dan Gilroy | Dans ces courses à l'audimat et au sensationnel indissociables, la frénésie croît simultanément à l'inquiétude provoquée par les orientations d'un Jake Gyllenhaal plus démoniaque et exceptionnel que jamais. (Classement 2014 : 8e/54)

DEUX JOURS, UNE NUIT**** de Jean-Pierre et Luc Dardenne | Plus que jamais hermétiques au glamour, les deux frères belges s'en remettent derechef à ce qu'ils affectionnent et maîtrisent par-dessus tout : une mise en scène minimaliste au service d’une histoire simple à la portée sociale collective. Empêtrée entre une dépression destructrice et une soudaine et fragile motivation à s’en sortir, Marion Cotillard y prouve (si cela était nécessaire) qu’elle peut incarner qui elle veut face à la caméra de qui elle veut. (Classement 2014 : 13e/54)

I ORIGINS**** de Mike Cahill | La science, ses doutes et certitudes vont être remis en question par de troublantes circonstances spirituelles, au coeur d'une passion belle et tragique. Un drame... visionnaire ? Certes non, mais touchant, oui. (Classement 2014 : 16e/54)

LES NOUVEAUX HÉROS**** de Don Hall & Chris Williams | Première incursion emballante des comics de Marvel dans le monde de Disney. Cette mue d'un robot médico-domestique en super-héros est tantôt mélancolique, toujours drôle, dynamique et tendre, mais sans réelle surprises.

DUMB & DUMBER DE**** de Bobby et Peter Farrelly | La maturité étant exclue du registre des frères Farrelly, les nouvelles péripéties de nos deux hilarants abrutis Lloyd et Harry, devenus quadras, sont toujours aussi bas de ceinture et très "crotte de nez". A rigoler sans modération. (Classement 2014 : 23e/54)

RESPIRE**** de Mélanie Laurent | Histoire touchante que l’on pressent tragique de deux adolescentes au magnétisme réciproque mais équivoque. Ce cinéma, celui de l'actrice passée réalisatrice Mélanie Laurent (dramatique le cinéma), reflète celui de l'Hexagone : économie de tout, sauf de bonnes intentions, pour une intensité toute relative mais croissante. (Classement 2014 : 24e/54)

YVES SAINT LAURENT*** de Jalil Lespert | Relater la vie du plus grand couturier français du siècle passé ne suffit pas à assurer un grand biopic du siècle présent. Cela, quelles qu'en soient les performances en dentelle d'un viril (enfin!) Guillaume Gallienne et, bien sûr, du tout fraîchement élu meilleur acteur Pierre Niney en YSL. Si l'on conçoit que cette personnalité eut une destinée unique, ce récit de son existence reste trop prosaïque. (Classement 2014 : 38e/54)