dimanche 29 novembre 2015

Réalité

Alain Chabat : entre rêve et Réalité ?

Les habitués du cinéma de Quentin Dupieux (comme de son univers musical sous l'identité de Mr. Oizo) ne sont pas dupes au point d'imaginer un seul instant que c'est une approche rudimentaire et réaliste de son art qui a pu déboucher sur le titre de son cinquième long métrage : Réalité. Cette vague manipulation provient de l'attribution du prénom Réalité à une petite fille prenant part à cette farce forcément ubuesque. La jeune enfant, bien décidée à mettre la main sur une cassette VHS bleue que son père a sorti des tripailles d'un sanglier tué à la chasse, délivrerait certainement la clé de l'énigme si elle parvenait à visionner son contenu. Par "clé", il n'est bien entendu nullement question de réponse rationnelle - puisque Réalité s'inscrit dans la même et inamovible mouvance circulaire que ses prédécesseurs Rubber ou Wrong -, mais plutôt de fragments de... réalité aptes à boucler la boucle, aussi absurde et inexplicable soit elle.
Idéalement relayé face caméra par un Alain Chabat absolument génial (ses enregistrements de bruits de douleur, le synopsis de son film et sa vison du cinéma sont aussi grotesques qu'hilarants) et un Jonathan Lambert dans son bocal, Dupieux ferait presque passé l'humour et les délires de ses aînés Les Nuls pour ultra-conformistes. A voir sans quête métaphysique et avec une grosse dose de recul.

Sorti en salles le 18 février 2015,
Réalité est disponible en DVD depuis le 17 juin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :