vendredi 4 décembre 2015

Howard Zinn, une histoire populaire américaine

Howard Zinn en personne

"La guerre: un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas". Cette citation de Paul Valéry que l'on entend dans Howard Zinn, une histoire populaire américaine entérine ce documentaire comme le versant cauchemardesque et éveillé du mythe du "rêve américain". Adapté de l'oeuvre éponyme de l'historien américain Howard Zinn, ce premier épisode (qui ouvre une trilogie), intitulé Du pain et des roses, co-réalisé par les Français Olivier Azam et le journaliste Daniel Mermet, met en image le travail de Zinn. Le résultat de ses vastes et méticuleuses recherches sur les origines historiques de l'hégémonie économique et politique de son pays, les Etats-Unis, met en exergue une réalité sociale qui se situe à des années lumières du modèle de mode de vie et de démocratie que l'on perçoit au travers de ce qu'enseignement, médiatisation et messages politiques peuvent nous inculquer depuis plus d'un demi-siècle. 

Des débuts puis de l'essor exponentiel de l'industrialisation au 19e siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale, sur fond de flux migratoires massifs venus d'Europe, il est question des conditions de vie et de travail des ouvriers (hommes, femmes et enfants) issus des minorités les plus faibles (mais les plus visibles), savamment et sournoisement instrumentalisés et opprimés par les desseins stratégico-financiers des riches industriels et implacables patrons. Sont mises en avant les grèves légitimes appuyées par l'implication des premiers mouvements syndicalistes, toujours conclues d'un bain de sang. On y apprend par exemple que lors d'une grève ayant eu lieu dans une carrière de charbon du Colorado en 1914, le patron (un certain Rockefeller) fit appel à une milice privée pour mater la rébellion des mineurs, et alors que ceux-ci pensaient enfin se faire entendre par l'intervention de la garde nationale, ils ne furent que plus réprimés. Ce reportage aussi ahurissant que révoltant, insiste en parallèle sur le pouvoir de propagande d'Etat relayée par des médias corrompus pour répondre à la cupidité sans limites des puissants décideurs, toujours plus pernicieux dans la stigmatisation de l'ennemi à atteindre. Un matin ce sont les noirs, puis le soir les Italiens. Un autre jour ce sera les syndicalistes et plus tard le féroce Allemand. Cette logique de manipulation des masses est décrite comme le levier permettant de justifier tout conflit armé comme le 20e siècle en est jonché. C'est ce dont traiteront les deux volets suivants (si leur financement est rendu possible) de cette Histoire populaire américaine qui fait froid dans le dos et ne semble pas appartenir au passé.

Dessin de propagande

Sortie en salles le 29 avril 2015, 
Howard Zinn, une histoire populaire américaine est disponible en DVD depuis le 1er décembre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :