dimanche 14 février 2016

Free Love

La grande aventure humaine et sociale n'a toujours demandé qu'à inspirer celle du cinéma. Mais ce n'est certainement pas parce que l'histoire vraie d'un couple - deux femmes qui s'aiment sont en lutte contre le poids d'une société inégalitaire - est juste, triste et révoltante que le film leur rendant hommage est à coup sûr touchant et mémorable. Entre la maladie et le combat pro-mariage pour tous plus que d'actu, tout est pourtant réunit pour faire de Free Love un film pivot comme Kraemer contre Kraemer a pu l'être au crépuscule des années soixante-dix. Mais il n'en est rien, car en dépit de la présence de Julianne Moore au talent qui n'est plus à défendre et qui a désormais une vraie habitude à jouer les femmes condamnées depuis Still Alice (sorti début 2015), le ton est trop solennel, voire administratif (comme ce satané combat politique) pour émouvoir réellement. Un Michael Shannon plein d'abnégation et une Ellen Page victime collatérale de toute cette affaire n'y changent rien. Petit lot de consolation avec un Steve Carell en juif à kippa représentant la cause gay avec grandiloquence.
  • Réalisé par Peter Sollett (USA)
  • Titre original : Freeheld
  • Sortie en salles le 10 février 2016
  • En 2e position du classement 2016 
Quand Laurel rencontre Stacie

mardi 9 février 2016

Chair de Poule - le film

Il y en a qui ne vont pas tarder à avoir la Chaire de Poule 

Fantasme plus que cauchemar ressassé : les personnages d'un auteur de roman d’aventures de seconde zone (ne le placez pas ouvertement en-dessous de Stephen King ça risquerait de l'énerver) prennent vie et sont bien décidés à éliminer celui qui les a créés ainsi que par la même occasion à ravager tout ce qui traîne sur leur passage. S'agissant de personnages plus ou moins légendaires et monstrueux manipulés par un angoissant... pantin, ça risque d'être un beau merdier. Pour lutter contre une légion de nains de jardin, un abominable homme des neiges de salon, un loup-garou de supermarché ou encore une mante religieuse géante (^^), la troupe emmenée par un Jack Black à la verve et aux mimiques intacts aura fort à faire. L'écrivain, joué par Jack Black, prend l’identité de l'authentique auteur de ces romans populaires pour ados qui avaient déjà l'objet, dans les années 90, d'une adaptation en sérié télévisée. Point de surenchère d'effets spéciaux mais de bonnes doses d'humour et de blagues qui font de Chair de Poule - le film, un succès familial en puissance pour ces vacances d'hiver qui débutent tout juste.
Une fois n'est pas coutume, c'est le pantin qui tire les ficelles

dimanche 7 février 2016

Marguerite

On connait tous la Castafiore et sa voix que l'on suppose insupportable tant elle a martyrisé les oreilles de Haddock, Tintin et consorts à chacune de ses représentations où l’assistance avait pour habitude de se complaire dans une vaste flagornerie pour ne pas vexer la diva. Et bien l'histoire de Marguerite est celle de la Castafiore, avec la certitude que Marguerite, pour l'entendre, ne sait pas chanter. Le parcours de cette femme fortunée est sincère, son obstination laborieuse, sa personnalité respectable et respectueuse, si bien qu'en dépit du supplice qu'inflige sa voix, nul n'ose la bousculer. De par la simplicité de son personnage et la gentillesse naturelle qu'elle dégage, Catherine Frot décline la Yoyo d'Un air de famille. Si fragile, on ne peut lui faire de mal, mais pour la protéger, il faut la confronter à une réalité qu'elle ne discerne pas. Oui, mais comment combattre ce qui est ridicule sans l'être soi-même ? C'est la même mission à laquelle s'était déjà attelé Xavier Giannoli dans Quand j'étais chanteur, porté par un Gérard Depardieu aussi pathétique que magnifique. Après avoir lamentablement échoué dans une tâche similaire avec Superstar, Giannoli retrouve de sa superbe. entourant sa Marguerite d'excellents seconds rôles masculins, parmi lesquels André Marcon (qui a lui, sans chanter, un vrai beau timbre de voix) et Michel Fau (le chanteur d'opéra qui pourrait bien rafler une statuette à la fin du mois).
Catherine Frot osera-t-elle affronter sa propre voix ?