dimanche 7 février 2016

Marguerite

On connait tous la Castafiore et sa voix que l'on suppose insupportable tant elle a martyrisé les oreilles de Haddock, Tintin et consorts à chacune de ses représentations où l’assistance avait pour habitude de se complaire dans une vaste flagornerie pour ne pas vexer la diva. Et bien l'histoire de Marguerite est celle de la Castafiore, avec la certitude que Marguerite, pour l'entendre, ne sait pas chanter. Le parcours de cette femme fortunée est sincère, son obstination laborieuse, sa personnalité respectable et respectueuse, si bien qu'en dépit du supplice qu'inflige sa voix, nul n'ose la bousculer. De par la simplicité de son personnage et la gentillesse naturelle qu'elle dégage, Catherine Frot décline la Yoyo d'Un air de famille. Si fragile, on ne peut lui faire de mal, mais pour la protéger, il faut la confronter à une réalité qu'elle ne discerne pas. Oui, mais comment combattre ce qui est ridicule sans l'être soi-même ? C'est la même mission à laquelle s'était déjà attelé Xavier Giannoli dans Quand j'étais chanteur, porté par un Gérard Depardieu aussi pathétique que magnifique. Après avoir lamentablement échoué dans une tâche similaire avec Superstar, Giannoli retrouve de sa superbe. entourant sa Marguerite d'excellents seconds rôles masculins, parmi lesquels André Marcon (qui a lui, sans chanter, un vrai beau timbre de voix) et Michel Fau (le chanteur d'opéra qui pourrait bien rafler une statuette à la fin du mois).
Catherine Frot osera-t-elle affronter sa propre voix ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :