mercredi 16 novembre 2016

Mademoiselle

Si d'aucuns se délecteront de similitudes dé-fantasmées entre les deux films, la vie de MADEMOISELLE n'est ni la suite ni le remake de La vie d'Adèle. Chez Park Chan-Wook, il est sans cesse question de perversion morale, de moeurs farfelus et par dessus tout d'un machiavélisme absolu. La question de l'emprisonnement reste également une obsession pour le réalisateur de Old Boy qui insiste brillamment sur la complexité des (relations entre les) personnages au sein d'un puzzle constitué de trois phases. Toujours plus esthète et minutieux dans une mise en scène magnifiée par la beauté de la photographie, le Coréen ne faiblit pas et accentue ce qu'il avait réussi avec son dernier Stoker. C'est tant mieux pour nous comme pour un cinéma du pays du soleil levant peu à la fête ces derniers temps.

Mademoiselle est en étrange posture

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :