"C'est vite dit !"

avis succints sur certains films

2012_NOV. |
MAGIC MIKE, de Steven Soderbergh (USA) (en Blu-ray le 15 décembre) - Les prestations de strip-teaseurs de Channing Tatum ("L'Aigle de la neuvième Légion") et Matthew McConaughey sont clairement grandioses, à la différence d'un scénario de sitcom qui débouche sur un murmure au coeur de la tempête. Soderbergh n'est toujours pas réapparu parmi les meilleurs.
DARK SHADOWS, de Tim Burton (USA) (sortie BRay le 18/10/12) - Le film de vampires ne pouvait plus perdurer sans que le réalisateur des meilleures comédies alliant fantastique et humour contribue à  sa légende. D'une adorable béatitude avec l'incontournable Johnny Depp en Dracula romantique et réfléchi débarqué dans les Seventies des hippies. L'anti-chiantitude, l'anti-vide... l'anti-Twilight quoi.
LE PRÉNOM, Alexandre de la Patellière & Matthieu Delaporte (France) (sortie BRay le 25/09/12) - Huis-clos adapté du théâtre par leurs auteurs, cet exercice de style toujours délicat tient la route par sa qualité d'écriture, plusieurs scènes (drôles ou pas) vraiment mémorables et un Charles Berling qui écrase la concurrence. Quelques situations qui sentent un peu le "forçage" (la colère de Babou) tout de même.
ABRAHAM LINCOLN VS. ZOMBIES, de Richard Schenkman (USA) (sortie BRay le 04/12/12) - D'un concept farfelu qui voit l’illustre président Lincoln être un manieur de faux hors pair, le réal' du méconnu "The Man from Earth" place le conflit civil américain au milieu d'un film de genre faussement kitsch, battant aisément au passage le record de têtes coupées.
SUR LA ROUTE, de Walter Salles (USA/Fr/GB) (05/2012) - A l'image du jeune auteur qui cherche un sens à ses voyages dans lesquels il aimerait puiser son inspiration, nous nous posons en spectateurs égarés au milieu d'une quête initiatique échevelée. Avec une jeune génération d'acteurs doués, dont une Kristen Stewart bien plus relâchée que dans les jeux de touche-pipi de Twilight. (sortie BRay le 17 octobre 2012)
LA DAME EN NOIR, de James Watkins (GB) (03/2012) - Une maison hantée, des bruits à l'étage, des fantômes invisibles et (pas) effrayants, des enfants morts qui voudraient rentrés au chaud, des ombres vous filant en permanence dans le dos, tout cela pendant plus d'une heure à mal contre-faire Amityville, Les autres ou L'orphelinat, c'est vraiment horrifiant. Soulagement, il y a une vie possible après Harry Potter pour Daniel Radcliffe.
LE GRAND SOIR, Benoît Delépine & Gustave Kervern (France) (06/2012) - Les portraits désabusés et acariâtres d'une société en dérive, même joyeusement interprétés par les trublions Poelvoorde et Dupontel, ne font plus tellement rire. La recette des Louise Michel et Mammuth ne prend plus, en raison d'une mise en scène plus plate que jamais et un scénar' sans fil ni ressorts. (sortie Blu-Ray le 16/10/2012)

2012_OCT. |
SKYFALL, de Sam Mendes (USA) (10/2012) - D'une qualité intermédiaire à Casino Royale (très bon) et Quantum of Solace (bien en-deçà), ce troisième épisode où Bond revêt les traits du physique Daniel Craig surprend par la place instable qu'il réserve aux femmes et le profil inhabituel qu'il attribue au "méchant" (Javier Bardem, who else?). En dépit d'une mise en scène très propre (Mendes, quand même), il déçoit par la maigreur de son intrigue et la transparence des motivations de double 07.
POSSESSIONS, d'Eric Guirado (France) (03/2012) – La sordide affaire Flactif du Grand-Bornand de 2003 (et son inhérente spirale meurtrière) est sobrement et objectivement relatée, et emballée par un Jérémie Rénier toujours plus incroyable. Mention spéciale également pour Julie Depardieu dans la peau de l'ensorceleuse. [sortie Blu-Ray 26/09/2012] 



2012_SEP. |
LA CABANE DANS LES BOIS, de Drew Goddard (USA) (05/2012) – Quand le cinéma d’horreur s’amuse à réécrire sa propre mythologie en condensant la somme de toutes les peurs, on sourit, évidemment. Tout en s’interrogeant néanmoins sur le potentiel réel de cet essai original mais bâclé. [en Blu-Ray le 18/09/2012]
RADIOSTARS, de Romain Lévy (France) (11/04) - Imaginez Booba chantant Yves Duteil. Cette incongruité illustre le charme décapant de ce "radio-crochet movie" qui navigue joliment entre l’euphorie de ses joutes verbales et l’irascibilité immature de ses protagonistes. A apprécier dès que possible car fort risque de péremption prématurée. [sortie Bu-Ray le 12/09/2012]
LES PIRATES ! BONS A RIEN, MAUVAIS EN TOUT, de Peter Lord (USA/GB) (03/2012) – De l’évolution du pirate et son spleen à l’évolution de l’espèce prétextée par Darwin, en passant par les mémorables « soirées jambon », l’adorable dodo, le bobo muet, le Pirate de l’année contest, les barbes somptueuses ou encore une reine Victoria ninja, ce film modelé ramène avec bonheur les équipes de Wallace & Gromit au premier (bon) plan. [sortie Bu-Ray le 12/09/2012]
CLOCLO, de Florent Emilio Siri (France) (03/2012) – Si un biopic doit être évalué sur le degré de complaisance du sujet qu’il sert, alors Cloclo est respectable. Les excès de passion, d’exigence mais aussi de jalousie, d’orgueil ou encore de détresse de Claude Français y sont soigneusement exposés et mis en exergue par un Jérémy Rénier totalement à son aise. [sortie Blu-Ray le 5 septembre 2012]
BULLHEAD, de Michael R. Roskam (Belgique) (02/2012) - Enfin, le cinéma belge utilise les querelles intestines de ses hémisphères Flandres et Wallonie pour alimenter de périlleux enjeux (autour du trafic d’hormones de croissance) au milieu desquels le personnage tenu par Matthias Schoenaerts (à nouveau terrible dans De rouille et d’os) y est plus qu’inquiétant. [sortie Blu-Ray le 4 septembre 2012]
REBELLE, de Mark Andrews & Brenda Chapman (USA) (08/2012) – A peine embarrassé des défauts historiques de Disney (les chansons insupportables, la morale exacerbée), Pixar retrouve sa verve égarée sur Cars 2 avec ce film d’aventures drôle, cadencé et techniquement irréprochable (travail remarquable notamment sur la folle chevelure rousse de le jeune princesse)

2012_AOU. |
SHERLOCK HOLMES 2 : JEU D’OMBRES, de Guy Ritchie (USA) (sortie 01/2012) - Avec ce cinéma anachronique et punchy cher au réal-radoteur de Snatch, allez savoir si Bob Downey Jr ne serait pas plus bionic en Sherlock qu’en Iron Man, pourtant arme absolue de justice musclée. Et si cette débauche d’effets n’était vouée qu’à maquiller l’imagerie gay du couple Holmes/Watson ? Pour sûr. [en Blu-Ray le 7 aout 2012]
LA TERRE OUTRAGÉE, de Michale Boganim (Ukraine/UE) (03/2012) : Les ravages perpétrés par la catastrophe de Tchernobyl semblent aussi invisibles à la surface des plaines ukrainiennes qu’impalpables au plus profond d'habitants devenus ombres. Un film lent et désabusé avec la méconnaissable Olga Kurylenko (Quantum of Solace) [sortie DVD le 22 août 2012]
LES INFIDÈLES, de Fred Cavayé, Emmanuelle Bercot, Jan Kounen, Michel Hazanavicius, etc. (France) (02/2012) : Dynamisée par les prestations servies sur du velours aux compères Jean Dujardin et  Gilles Lellouche, cette comédie monothématique inégale flirte entre des sketchs vulgarisés (La bonne conscience, Las Vegas), burlesque (Les infidèles anonymes), inexpliquable (Ultimate fucking), et aussi pertinent qu'inabouti (La question). [en DVD depuis le 4 juillet 2012]

2012_JAN. |
POLISSE, de Maïwenn (France) (10/2011): Cette immersion brutale dans le quotidien d'une brigade policière est criante d'authenticité, de rage, de bonheurs, de désespoir... d'humanité donc. Quelque part entre - voire au-delà de - Envoyé spécial, Striptease et le L.627 de Tavernier, l'ingénieuse Maïwenn extrait le meilleur de ses comédiens idéalement servis par des dialogues et situations en or. Respect.
INTOUCHABLES, d'Eric Toledano & Olivier Nakache (France) (11/2011): A l'heure où l'on ressasse les effets de la crise et stigmatise les craintes de l'avenir et de l'autre, les clivages socio-culturels que fait littéralement exploser le duo Toledano/Nakache dans cette réjouissante rencontre entre mecs justifient le carnage en salles. Et si les rouages du scénar' sont bien trop prévisibles, reste plus qu'à retrouver une relative fierté de notre box-office en allant déposer les 20M de bouffons fans du Boon.
CONTAGION, de Steven Soderbergh (USA) (11/2011): Avec cette mauvaise idée de scénar' (un thriller sanitaire mdr) et un casting digne des Galactiques du Real Madrid gâché par un résultat sans relief et vain, Steven Soderbergh entérine son regrettable et véridique statut de cinéaste inintéressant et anonyme. Qu'elle est lointaine désormais l'époque palmée de Sexe, mensonges et vidéo et des Hors d'atteinte, L'Anglais, Traffic.
HABEMUS PAPAM, de Nanni Moretti (Italie) (09/2011): Si on souhaiterait presque canoniser Michel Piccoli pour sa dive interprétation, il faut surtout féliciter et remercier Nanni Morettti d'avoir osé et réussi à désacraliser un tel sujet et son premier représentant avec tant de légèreté, de bonheur et d'iconoclasme.

2011_DEC. 
GREEN LANTERN, Martin Campbell (USA) (08/2011): Enième adaptation de comics aussi désopilante de naïveté que débordante d'effets spéciaux grotesques. Le réal' de Casino Royale et Le masque de Zorro s'est définitivement perdu dans les ténèbres hollywoodiens. Après donc ce risible GREEN LANTERN et l'instable GREEN HORNET, on est impatient de découvrir le fat Gérard Depardiou masqué dans le remake de GREEN CARD.
MELANCHOLIA, Lars von Trier (Danemark) (08/2011): Après son abject Antichrist qui nous faisait presque regretter la fierté d'être athée, Lars von Trier (re)crée l'anti cinéma avec Melancholia, un supplice sans passion, ni fond, ni âme, même pas provoc', et avec une Kirsten Dunst à baffer. Il n'est finalement guère intéressant qu'en conf' de presse le Danois...
LA PIEL QUE HABITO, Pedro Almodovar (Espagne) (08/2011): Sous une mise en scène, une interprétation et un récit à l'épiderme très "almodovariens", se tapit une belle intrigue qui a hélas le malheur de se dépecer sans résistance.


2011_NOV. |
FROZEN, Adam Green (USA) (dvd 10/2011): Huis-clos sur télé-siège sans Jean-Claude Dus, FROZEN (dont l'accroche n'est pas "Danse avec les loups") est un direct-2-dividi bien sûr glaçant, mais aussi un poil gore voire surprenant. Pas honteux quoi.
TOMBOY, Céline & Cécile Sciamma (France) (04/2011): Tendre et à peine grave, authentique et aussi légère, justement encadrée par les parents Mathieu Demy et Sophie Cattani, cette histoire de petite fille qui se fait aléatoirement passer pour un garçon mérite bien l'appellation de meilleur téléfilm français sorti en salles cette année.
OMAR M'A TUER, Roschdy Zem (France) (06/2011): Cinq ans après l'honorable "Mauvaise foi", le comédien Roschdy Zem reprend la caméra et, bien qu'il s'en défende, réhabilite à lui tout seul le bouc-émissaire Omar Raddad. L'exercice très scolaire n'apportant aucune plus-value à ce honteux pastiche de justice, on saura se contenter de la parfaite interprétation de Sami Bouajila.
SUPER 8, J.J.Abrams (USA) (07/2011): Encore hanté par les monstres invisibles de sa top série "Lost", J.J. Abrams revisite le mythe "E.T. l'extraterrestre" sous l'aspect "La guerre des mondes" pour ce qui n'est qu'une pâle paraphrase des oeuvres de son producteur Steven Spielberg.
THE MURDERER, Na Hong-Jin (Corée) (07/2011): Dans la foulée du terrifiant "The Chaser",  Hong-Jin réalise un second polar moins conséquent mais ravageur; dans un premier temps tendu et crasseux comme les protagonistes et l'univers qui l'entourent, puis sauvage et puant le sang coagulé à souhait comme seuls les Asiats savent le faire. 

2011_OCT. |
LES AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE, de Steven Spielberg (10/2011): Reconstitution épique de l'album charnière d'Hergé rendue crédible grâce au savoir-faire hors normes du duo Steven Spielberg / Peter Jackson bien inspiré par le choix du "performance capture", pas avare sur les effets de mise en scène et qui nous offre au passage quelques séquences trépidantes (la bataille navale, la poursuite dans Bagghar).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

JE PENSE DONC J’ÉCRIS :